Communiqué du Collectif de Défense des Libertés Fondamentales

Depuis le début des mobilisations contre la loi travail, on assiste à une criminalisation du mouvement social visant syndicalistes, manifestant-e-s, jeunes…

Sur fond d’hégémonie culturelle des idées sécuritaires, la police française se dote de nouvelles armes sous l’impulsion des gouvernements successifs : taser, grenades, flashballs, LBD. On tire à nouveau sur la foule. D’abord expérimentées dans les quartiers périphériques, puis contre les mobilisations incontrôlables, les armes de la police s’imposent aujourd’hui potentiellement contre tous et toutes.
« En blesser un-e pour en terroriser mille », telle est la doctrine des armes de la police.

Arrestations arbitraires, menottages, gardes à vue, mises en examen ….sont le lot commun des fins de manifestation.

A Rouen depuis le 31 mars,  de nombreux jeunes ont été victimes de la répression. Nous les appelons à se manifester et à contacter rapidement le Collectif de défense des libertés fondamentales (CDLF) à l’ adresse suivante : cdlfderouen@gmail.com.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.