La laïcité à l’épreuve

La laïcité à l’épreuve

Le Burkini n’est pas une Kalachniko

Les sociétés occidentales connaissent un phénomène de sécularisation visible, marqué par une très faible fréquentation des lieux de cultes. La laïcité exprime ce processus de sécularisation, elle est aujourd’hui, l’objet de débats très vifs. Instrumentalisée par l’extrême droite, la laïcité a trouvé dans le FN un défenseur intransigeant tandis que la gauche -radicale-ou institutionnelle est profondément divisée sur cette question. Aujourd’hui, la présence de l’Islam, deuxième religion du pays sur le territoire national a mis à nouveau « la question sur le tapis ».

Un grand pas pour les libertés :1905

Sous l’Ancien Régime, l’Etat intervient dans les affaires religieuses au nom d’une tradition gallicane,la France,fille aînée de l’Eglise se voit accordée une autonomie de fait vis à vis du pouvoir romain. Les évêques sont nommés par le roi, si en 1685 Louis XIV révoque l’Edit de Nantes c’est au nom du principe d’unicité du pouvoir temporel et spirituel. La religion catholique est la religion du roi, de l »Etat donc seule la religion catholique a droit de cité. Une première rupture sera effectuée par la révolution française qui accorde la citoyenneté aux juifs et protestants mais le Concordat de 1801 proroge l’intervention de l’Etat sur les affaires religieuses car c’est le gouvernement qui nomme les évêques, ceci jusqu’en 1905. La loi de 1905 rompt de fait avec ce gallicanisme et promeut une double indépendance,celle du politique par rapport au religieux mais aussi des Eglises par rapport à l’Etat.

L’Etat laïc traite toutes les convictions de manière égale.

Les convictions philosophiques comme la foi religieuse relèvent du choix individuel.

L’Etat laïc respecte la liberté de conscience (article 1 de la loi de 1905).

La religion catholique perd alors son statut particulier de »religion de la grande majorité des Français » que le Concordat lui avait accordé.

La question religieuse, une affaire réglée en 1905 ?

Pas complètement, si la question de l’interdiction du port de la soutane dans l’espace public avait été soulevé, d’autres problèmes sont restés en suspens.La pratique du Concordat est pérennisé en Alsace Lorraine et « Si la République ne subventionne aucun culte »L’Etat laïc finance les aumôneries et entretient les lieux de culte. Sans oublier le financement des écoles privées catholiques par la loi Debré de 1959 ainsi que l »échec de la loi Savary qui prévoyait la création d’un grand service public de l’éducation. L’église ne renonce pas à essayer d’imposer ses vues, que ce soit sur la question de l’IVG, du mariage pour tous et plus récemment à St Etienne du Rouvray où l’évêque stigmatise le rôle négatif de l’école publique.

Colonialisme pas mort 

La loi de 1905 n’a jamais été appliquées dans les colonies françaises malgré les demandes des responsables musulmans en Algérie. Ainsi la Cour d’appel d’Alger parle des »indigènes musulmans chrétiens »au motif qu’ils n’ont pas droit de cité et « qu’ils conservent leur statut personnel musulman sans qu’il y ait lieu de distinguer s’ils appartiennent au culte mahométan «

Aujourd’hui, l’histoire continue,le refus d’appliquer à l’Islam la loi de 1905 est constante.

Sarkozy en 2003 met en place le CFCM (conseil français du culte musulman) afin de faire surgir « un islam de France », nous sommes là encore dans une logique concordataire qui suppose une intervention de l’état qui prétend organiser les cultes. Or l’article 2 de la loi de 1905 postule que la République ne reconnaît aucun culte.

Suite aux attentats de Novembre 2015, l’état d’urgence s’est accompagné de fermeture de mosquées ou de lieux de prières, ces mesures sont destinées à favoriser « un islam modéré » en opposition à un « islam contraire aux valeurs de la République ».Question pourquoi ne pas avoir engagé des poursuites judiciaires contre des individus ou des imams ayant fait l’apologie de la haine ou de l’antisémitisme ?Si on ferme ces mosquées, pourquoi ne pas fermer l’église de Saint Nicolas du Chardonnet occupée illégalement depuis des décennies par des intégristes catholiques qui interviennent de façon plus ou moins violentes contre des centres IVG ?

Il est indéniable que des propos et des idées intégristes sont développées dans certains lieux de culte musulmans. Mais dans un État de droit, tout individu a le droit de pratiquer et de prêcher le dogme religieux qu’il désire, dans le respect des limites mises à la liberté d’expression.

En tant que citoyens nous devons combattre le fondamentalisme religieux,les idées portées par les intégrismes religieux sont contraires à toute perspective d’émancipation et plus particulièrement celle des femmes.

A toute voile vers la stigmatisation ?

Si la loi de 1905 a permis une plus grande liberté de conscience elle ne s’est pas pour autant accompagnée d’un mieux être pour la condition féminine ni en terme de droits sociaux ou politiques. Tel n’était pas son objet peut on objecter mais la laïcité a été instrumentalisée pour refuser le droit de vote aux femmes au motif que des dernières étaient censées être sous l’influence de leur curé. Depuis 2004 la loi sur le voile portant sur l’interdiction des signes religieux à l’école s’est accompagnée de dérives importantes. Les exemples sont nombreux:interdiction faite aux femmes voilées d’accompagner les enfants à l’occasion de sorties scolaires,chasse aux coiffes assimilées aux voiles,aux jupes trop longues,proposition d’interdiction du foulard dans les universités,

Les conséquences sont multiples car elles contribuent à l’exclusion, interdisent le déplacement dans l’espace public ainsi qu’à la fabrique de l’Autre vécu comme ennemi.

Tout ceci en contradiction avec la loi de 1905 qui garanti la liberté de conscience et celle d’afficher ses convictions religieuses. Des motifs « d’ordre public » sont alors avancés pour justifier ces interdits, les attentats de Novembre, et de Juillet 2016 offrent des occasions aux islamophobes de jouer sur les peurs et de susciter un climat de tensions propice à faire passer des mesures attentatoires aux libertés.

Comme le signale Jean Baubérot « même choisi,le voile intégral se fourvoie…Le contraindre irait le plus souvent à l’encontre du convaincre. Or c’est essentiellement de convaincre qu’il s’agit ».

Tous gaulois ?

Par delà le caractère provocateur de l’imprécation Sarkozienne, se pose la question de la place de l’islam, des musulmans dans l’espace public. L’autre est accepté à condition de nier la part musulmane de son identité »un citoyen français doit parler français et se mouler dans une identité française exclusivement chrétienne ». Le musulman doit s’assimiler, vocabulaire sorti tout droit de la vulgate coloniale. L’ancien préfet d’Oran, Jean -Pierre Chevènement -futur responsable de la Fondation des œuvres de l’islam de France- demande aux musulmans d’avoir « un islam discret », d’être de fait invisibles dans la société. Ceci au nom de la revendication d’une neutralité de l’espace public, au nom de la laïcité, alors que la loi autorise le port de la soutane dans la rue ainsi que les processions des statues des saints locaux à l’occasion des fêtes villageoises;les lieux de culte peuvent être apparents. De fait s’exprime là une laïcité à deux vitesses qui n’a de laïcité que le nom.

Dans le cadre de la loi de 1905, les convictions peuvent s’exercer dans l’espace public, un juif peut porter la kippa dans la rue, un moine bouddhiste une robe safran, une juive orthodoxe sa perruque et une musulmane son voile. La neutralisation de l’espace public est d’abord un moyen de contrôle social ainsi qu’un instrument contribuant à faire reculer les libertés publiques et les libertés individuelles.

La laïcité n’est pas ce que veulent en faire Valls, Sarkozy, Le Pen, celles et ceux qui revendiquent le respect intégral de la loi de 1905 ne se trompent pas de combat quand ils dénoncent les exceptions faites au bénéfice exclusif des écoles privées catholiques ou des nombreux privilèges accordés à la religion dominante. Celles et ceux qui refusent que la laïcité soit une arme contre la diversité et la pluralité des composantes multiples de la société française. Celles et ceux qui refusent les discriminations multiples adressés aux Rroms, aux musulmans ou aux juifs.

Nous sommes à leur côté, au même titre que Jaurès qui refusait la diversion autour de la question religieuse, un Jaurès qui envisageait une République réelle non minée par les fragmentations sociales mais une « démocratie (qui) puisse se donner toute entière à l’œuvre immense et difficile de réforme sociale »  Jaurès 15 Août 1904

30 Octobre 2016 Bernard Pellegrin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *